Quand Kenni rencontre Toni…

…ça fait de la musique et je vous en parle.

Je suis en surkiffe -pour ne pas dire surchauffe- en ce moment et la cause : l’album Love, Marriage & Divorce des très talentueux Toni Braxton et Babyface (de son vrai nom Kenneth Edmonds). Je pensais ne plus jamais pouvoir entendre la voix suave et langoureuse de Babyface sur un nouveau disque. Eh bien « Shame on me » pour ne pas avoir eu la foi car je n’ai plus de soucis à me faire : the King is back baby.

J’écoute ce disque en boucle et je ne m’en lasse pas. C’est du RnB pur et dur, celui qui fait des choses à mes oreilles et pas que. Ça donne envie soit de pleurer pour les âmes sensibles ou ceux qui n’ont juste pas envie d’acheter des larmes artificielles pour soigner leur sècheresse oculaire? soit de se déhancher, d’esquisser quelques ondulations, de se laisser porter par la voix cristalline et aiguë de Babyface doublée de la voix grave et envoûtante de Toni. Awww man that is SEXEYYY!!!!

Le disque bien que sorti le 4 Février pour se caler à la Saint Valentin (obviously!), s’écoute comme une expérience et toutes les émotions y passent.

Il démarre avec beaucoup d’intensité dans « Roller coaster » -entendez montagne russe- dont tout est dit dans l’intitulé, et qui pose les bases du disque en effeuillant les différentes phases qu’on peut traverser dans une relation amoureuse mais pas que.

« Sweat » c’est un peu « break up to make up », il parle des désaccords et de la réconciliation. Le disque parle aussi des périodes de doute, de l’éloignement, notamment dans « I Wish » qui décrit les sentiments de colère, la souffrance qu’on traverse lors d’une trahison;  mais également des tergiversations retranscrites dans « Take It Back ». Et comme toutes les bonnes choses ont une fin, le titre « The D Word » parle du point de non-retour après avoir prononcé le mot divorce, de la séparation comme mal nécessaire en somme.

Je n’ai cité que quelques uns des 11 titres de l’album mais ils valent tous le détour. De plus, il y en a pour toutes les humeurs.

C’est un bel album avec comme fil conducteur l’amour. Il est très bien pensé, tellement bien pensé qu’on dirait une thérapie (ou presque..). On retrouve dans les mélodies la passion des débuts qui perd en intensité et se transforme en rage pour finir par s’estomper tout simplement et même ça c’est beau. Du moins en chanson. (Je n’ai pas encore rencontré une personne qui se fait larguer et trouve ça beau quoique je trouverais ça plutôt étrangement intéressant.). Bref, il y a du vécu, de l’humour et de la pudeur.

The veterans are showing these young blood how things are done. Old school is the new school! What’s not to love?

Persönlich mag gerne ich es zuhören

Alors les z’amoureux on dit quoi? We likeee?

Publicités

Ici ton opinion est la bienvenue.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s