Dry February

Qu’est-ce que c’est que le « DRY MONTH » ?

Comme son nom ne l’indique pas, c’est le fait de rester à sec, de ne pas boire d’alcool à la sortie des fêtes de fin d’année.

Je ne l’ai donc pas fait en janvier comme il se doit, car j’avais au moins trois bouteilles, vestiges des fêtes, à terminer…mais en février.

Avant de me lancer dans le vif du sujet, je tiens à préciser pour les plus jeunes, que ceci n’est pas une incitation à boire de l’alcool.
Au-delà du partage d’expérience, j’espère contribuer à mon niveau à briser les préjugés et les stigmates associés aux femmes et l’alcool…et ils sont nombreux!

Le premier est souvent celui de la fille facile/aux moeurs légères. Pour une raison qui m’échappe, les deux choses sont liées. Nous aussi on a le droit d’aimer le sexe (mais ça c’est un autre sujet) et l’alcool…pour nous inhiber ou parce qu on aime ça tout simplement. Peu importe!pexels-photo-206527.jpegJe ne compte pas le nombre de fois où des mecs (même des proches) ont tenté leur coup parce qu’ils pensaient que les verres partagés m’avaient decoincé, inhibé mon libre arbitre et qu’ils pouvaient sauter sur l’occaz et s’adonner à leurs fantasmes les plus fous.

pexels-photo-880861.jpegPour cette raison, je ne fais confiance en personne en soirée...Je dis bien personne! Ça veut dire que

  • je ne laisse pas mon verre échapper à ma vigilance; je le trimbale partout même aux toilettes,
  • J’arrête de boire avant de devenir saoule. Le verre de trop peut avoir de graves conséquences et les regrets arrivent bien souvent trop tard.
  • Je dors chez moi.

pexels-photo-576494.jpegPeu importe le sexe, l’abus d’alcool est moche chez n’importe qui donc ceux qui disent « C’est vraiment moche une fille en état d’ébriété », je me demande comment il qualifierait un mec soûl qui pisse dans son lit; dort dans les toilettes, vomit, ou se retrouve dans des fossés ou des abris-bus,..etc.

Le pire est que les remarques, sentences les plus virulentes viennent aussi des femmes.
What a shame!

Je compare souvent ça au procès fait aux prostituées au 19e siècle. Elles étaient considérées comme de mauvaise vie, méprisées et jalousées, alors même qu’elles étaient libres et très souvent des féministes.

pexels-photo-696219.jpegLes filles ça boit du rosé, du chardonnay et des mojitos. C’est bien bon tout ça, mais c’est aussi de l’alcool au même titre que la bière et les liqueurs.

Ce n’est parce que je bois seule au bar que je suis malheureuse ou que j’ai besoin de compagnie. N’essayez pas de me sauver!
Ce n’est pas non plus parce que je m’amuse comme une folle que j’ai forcément bu.
Je n’ai pas besoin de boire pour m’éclater et ce n’est pas parce que je m’éclate que j’ai bu.

Il y a des femmes qui boivent!…Deal with it!

De plus, ces jugements poussent certaines à boire en cachette ce qui peut conduire à l’alcoolisme.

pexels-photo-109275.jpegMON EXPERIENCE

Je ne suis pas qu’une buveuse récréative. Je ne bois pas pour me saouler, je bois parce que j’aime le goût, l’odeur, la recherche des saveurs…etc.
J’ai un peu de chance parce que je tiens l’alcool; mon métabolisme en est responsable. Je connais aussi mes limites et je n’essaie pas de boire autant que les autres même si la tentation est là, surtout quand on est en groupe.

Avec les années, je bois de moins en moins d’alcool. J’ai d’abord commencé à en boire moins pour motiver Mr à faire de même (lui en avait besoin par contre pour des raisons de santé), puis j’ai troqué les bières pour du vin et de la bonne liqueur.

D’une manière générale, j’ai beaucoup diminué les quantités mais pas le plaisir d’en boire.

Après ce mois de sobriété, j’ai quelques observations et astuces.

  1. Ne pas annoncer qu’on ne boit pas d’alcool
    On peut juste choisir sa boisson sans explicitement dire : « Loin de moi cette horreur ».
    Pourquoi? Déjà parce que ça évite les justifications, les remarques, les débats.
    Certains s’en foutent même que vous le fassiez pour vous, mais le prendrons comme une agression et un jugement sur leur mode de vie. Allez savoir pourquoi, mais l’humain est formidable!
  2. Ne pas remettre en question son choix
    À certains moments, je me demandais pourquoi je m’imposais ça, alors même que je ne buvais pas tant que ça.
    Dans ces moments là, je pensais à toutes les économies faites parce que oui, boire c’est des dépenses non négligeables (en région parisienne, le prix d’un cocktail oscille entre 7 et 13€, une bière entre 5 et 9€, le vin entre 4 et 8€).
    Si vous sortez une fois par semaine et prenez deux verres par soirée, en un mois vous aurez économisé environ 60€.
  3. Ne pas acheter d’alcool ou l’avoir en visuel
    On dit loin des yeux, loin du cœur et ça se vérifie ici.
    Pour moi, à ma grande surprise, c’était difficile! Non seulement j’ai de l’alcool en stock, mais j’en ai aussi acheté.
    Je me surprenais à penser à l’alcool: un verre de whisky pour accompagner mon apéro, ou un verre de vin pour accompagner un bon plat…etc.
    Bien sûr, cette envie finissait par passer.
    Lorsque boire me manquait, je rêvais du 1er Mars lorsque je pourrais lever mon verre.

Le 1er donc, j’ai sorti ma bière mise au frais la semaine précédente, je me suis installée pour la déguster et…je n’ai bu que trois gorgées.
Il y a clairement un aspect psychologique. Le fait de savoir que c’était interdit stimulait mon envie.

pexels-photo-236229.jpegUn peu comme pour tout, je pense que les ruptures brutales sont une violence psychologique et qu’il vaut mieux y aller progressivement pour que l’organisme ne le vive pas comme une agression.
Si vraiment vous n’arrivez pas à vous passer d’alcool pendant un certain temps, il est peut-être temps de se poser certaines questions.

pexels-photo-327533.jpegQuoiqu’il en soit, bon courage si jamais vous décidez de vous priver d’alcool, de sucre ou autre.
Voili voilou! J’espère que cet article vous sera utile.

Be Good, 
Do You, 
Stay Cool !blog oxton yan

Une réponse sur « Dry February »

  1. Les préjugés ont encore la dent dure dit donc … Ce monde me (long silence qui en dit long je pense).
    Continues d’être toi et de faire ce que tu as encore envie de faire selon TES conditions.
    Pour la boisson, oui oui oui oui et oui, même aux WC il faut l’emmener !
    Et oui boire ne signifie pas se mettre dans un état minable au point de finir sur les réseaux sociaux grâce à nos soit-disant amis …
    Bel article !

Ici ton opinion est la bienvenue.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s