J’ai lu: Purple Hibiscus de Chimamanda Ngozi Adichie

Si je vous dis Half of the yellow sunWe should all be feminists, Beyonce,…?
Vous me répondez en cœur CHIMAMANDA-AAAAAAA …
Amen mes frères!
(Pardonnez mon enthousiasme, je m’imagine souvent en grande prêtresse haranguant la foule).

Voici un peu plus de 8 ans que cette auteure nigériane fait des intrusions dans ma vie.
La première fois que j’ai entendu parler d’elle était à la suite d’une discussion houleuse sur la perception occidentale des pays dits du « tiers-monde », un terme qui avait le don de m’irriter au plus haut point (du moins avant qu’ils n’attribuent celui de quart-monde…Vraiment!).
L’un de mes interlocuteurs me reprochait mon « attitude » et doutait de mes convictions ou leur sincérité, prétendant que je ne faisais que ressortir des choses lues et entendues ici et là…et donc, dans le TED talk de Ngozi Adichie, « The danger of a single story ».
Comme l’argument revenait souvent, j’ai fini par me pencher dessus et au cours du visionnage, je ne cessais de bondir et dire « C’est exactement ce que je disaaaaaaiiiiiis! ».

Au fil des années, je n’ai cessé de la croiser (sans jamais la lire), notamment lorsque j’étais en quête de conseils pour un concours d’écriture auquel je participais.
Bref! Une conversation avec ma sœur après une autre, je me retrouve donc avec sa copie en version originale de « L’hibiscus Pourpre ».
Sans jamais l’avoir lue, j’étais convaincue qu’elle était douée pour l’écriture et j’aimais déjà ses œuvres.
Heureusement pour moi, je n’ai pas eu de mauvaise surprise. Chimamanda N. A. est ce que je qualifierais d' »esprit brillant« , un qualificatif approprié que je préfère largement à « génie ».

Le résumé:

Kambili a 15 ans. Son monde est limité aux murs de la résidence luxueuse d’Enugu, au Nigeria, où elle vit avec ses parents et son frère Jaja.
Son père, Eugene, est un riche notable qui régit son foyer selon des principes d’une rigueur implacable. Sa générosité et son courage politique (il possède le seul journal indépendant du pays) en font un véritable héros de sa communauté. Mais Eugene est aussi un fondamentaliste catholique, qui conçoit l’éducation de ses enfants comme une chasse au péché où les plus terribles punitions trouvent leur justification dans la foi.
Quand un coup d’Etat vient secouer le Nigeria, Eugene, très impliqué dans la crise politique, est obligé d’envoyer Kambili et Jaja chez leur tante. Les deux adolescents y découvrent un foyer bruyant, plein de rires et de musique. Ils prennent goût à une vie simple, qu’ils croyaient dangereuse et païenne, et ouvrent les yeux sur la nature tyrannique de leur père. Lorsque Kambili et son frère reviennent sous le toit paternel, le conflit est inévitable et la maison se transforme en champ de bataille où les enfants vont se révolter pour gagner leur liberté.

L’Hibiscus pourpre est un roman bouleversant sur la fin de l’innocence, la violence domestique, l’intolérance religieuse et l’émancipation.

hibiscus-pourpre-chimamanda-ngozi-adichie-avis (2)hibiscus-pourpre-chimamanda-ngozi-adichie-avis (3)Le livre s’ouvre sur un événement majeur à la gravité évidente. Toute la lecture nous transporte vers ce moment là, vers le pourquoi du comment.
Avec une telle configuration, autant vous dire que je n’ai pas eu besoin de pimenter ma lecture en lisant les dernières pages afin de deviner quels scénarios pourraient m’y conduire.
L’histoire complexe de cette adolescente, de sa famille, est vivante et poignante.

hibiscus-pourpre-chimamanda-ngozi-adichie-avis (4)hibiscus-pourpre-chimamanda-ngozi-adichie-avis (5)Tout au long de ma lecture, je n’ai cessé d’être partagée entre colère, envies de passage à tabac et rires.
Je ne voulais pas lâcher ce livre et dans la même intention, je voulais me poser pour le faire durer aussi longtemps que possible.
Finalement, je l’ai dévoré!...J’avais hâte de le terminer, qu’il soit partagé et fasse le bonheur d’une autre personne.

Il est très bien écrit. Le rythme ne donne lieu à aucun temps mou et laisse le lecteur euphorique.

Je vous le recommande chaudement!

Si vous en avez l’occasion, prenez le risque de le lire en anglais.
Dire que c’est une lecture facile pour une personne avec un niveau d’anglais scolaire français serait vous mentir. Il faut certes avoir pas mal de vocabulaire, mais son manque ne vous empêchera pas d’en comprendre le sens. Je crois en vos capacités!hibiscus-pourpre-chimamanda-ngozi-adichie-avis (6)

Mes recommandations:

  • Le révoltant Zaïre et Théophile de Imaniyé Dalila Daniel
  • L’hilarant Teacher Man: Un jeune prof à New York de Frank McCourt
  • L’envoûtant Le Tigre Blanc de Aravind Adiga

Lecture en cours: Beloved de Toni Morrisson & Peur Bleue de Stephen King.
Lecture à venir: Americanah & Half of the Yellow Sun de Chimamanda Ngozi Adichie & …beaucoup d’autres.
Lecture désirée: Angela’s ashes de Frank McCourt.

 

Et vous? Qu’avez-vous lu récemment?

Bonne lecture!

blog oxton yan

Une réponse sur « J’ai lu: Purple Hibiscus de Chimamanda Ngozi Adichie »

Ici ton opinion est la bienvenue.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s