Pause lecture: La clef de Junichirô Tanizaki

Aux prémices de mon blog, j’avais la ferme intention de partager sur la beauté et plus précisément celle du cheveu, la musique et… les livres.
C’est donc pour moi un énorme plaisir d’avoir trouvé un espace pour enfin vous partager quelques unes de mes lectures.

Cette fois, revêtez votre plus beau kimono parce que je vous emmène loin, très loin même, vers une contrée qui fascine et éblouit: le Japon.

Sachant que ma précédente revue livresque portait sur la philosophie du thé dans la culture japonaise, vous pourriez supposer mon amour pour le Japon ou vous demander si ceci ne serait qu’une phase? Eh bien! Bien que vous ayez 50% de chance d’avoir raison, cet enchaînement n’est que fortuit! 

Le maître d’œuvres Tanizaki, auteur prolifique et émérite, né le 24 Juillet 1886, a publié La clef: Confession Impudique en 1956. Il avait donc mûri son affaire (il a publié de 1911 à 1962 et décède en 1965).

Si le titre a fait germé en votre imaginaire des scènes de voyeurisme, ne rougissez pas; vous n’êtes pas très loin du compte. Ici,vous êtes le voyeur!

Ce roman ne ressemble à rien de ce que j’ai pu lire jusqu’ici; il est unique.

junichiro tanizaki extrait la clef

C’est l’histoire captivante et inquiétante d’une violence jouissive, d’un amour en vases communicants où il est question de jeux et manipulations, de nymphomanie, d’échangisme « aseptisé » entre un élément perturbateur catalyseur Kimura, un couple et leur allié inattendue, leur fille Toshiko, avec au centre de l’intrigue des journaux pas si intimes.

extrait la clef confession utile

Ce roman pose en substance la question de savoir jusqu’où on serait prêt à aller dans la quête du plaisir, qu’est-ce qu’on est prêt à sacrifier aussi.

J’ai aimé! J’ai été confuse, j’ai ri et ma curiosité amplifiait au fil des pages. 
Il se lit assez facilement même si quelques fois j’ai du relire des passages que j’avais du mal à me représenter.

Après avoir lu « Le coupeur de roseaux », j’étais très curieuse de plonger un peu plus dans l’univers de cet auteur unique.
Je suis séduite et une chose est certaine, l’histoire ne s’arrête pas ici!

junichiro tanizaki 4e decouverte la clef

Ce récit doit venir avec une note préventive car c’est un livre qui parle d’érotisme au sens large du terme. Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est du porno, mais il parle de désir, de plaisir, de leur place dans une longue vie amoureuse.

Je vous le recommande bien sûr, et je vous recommande encore plus de découvrir les écrits de Tanizaki.

Bonne lecture !

Lecture en cours: Tonio Kröger de Thomas Mann et Qui a tué mon père d’Edouard Louis
Lecture convoitée: La couleur pourpre d’Alicia Walker, La vie secrète des arbres de Peter Wohlleben.

Ici ton opinion est la bienvenue.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.